Malik Ambar est un des personnages les moins connus de l’histoire du Maharashtra et donc de l’Inde. Pourtant il a à son actif des réussites impressionnantes. Il défia le grand empire moghol qui lui vouera une haine aussi grande qu’une admiration pour ce chef de guerre exceptionnel.

De la naissance à l’esclavage :

Il faut se rappeler qu’au 16ième siècle, bien avant la mise en place du commerce triangulaire, il existait un commerce d’esclave sur la côte est de l’Afrique qui alimentait le moyen orient et l’Inde. C’est dans ce contexte qu’est né Malik Ambar, sous le nom de Shambu en 1548, dans l’Harar, une province de l’Ethiopie. Il fut le dernier d’une grande fratrie, ce qui obligea ses parents à le vendre à des marchands d’esclaves. Nous savons qu’il a été vendu 3 fois en tout. La première fois comme nous l’avons dit par ses parents, ensuite il a été vendu à un homme riche de la Mecque puis une dernière fois en Inde.

Portrait de Malik Ambar

Malik Ambar

Ses années à la Mecque :

Quand il arriva à la Mecque, il eut la chance d’être au service d’un homme influent de la ville. Celui-ci vu en Shambu un homme doué de raison et un homme de confiance. Il décida donc de le prendre à son service personnel et lui enseigna tout ce qu’il savait sur la politique, l’administration des biens et des personnes. Son maitre le convainc de se convertir à l’Islam (il est né chrétien), ce qu’il fit et pris le nom de Malik. Il aurait dû être affranchi mais son maitre mourut trop tôt et son fils jaloux de l’affection que son père avait pour l’esclave décida de le confier à des marchands d’esclaves pour qu’il soit revendu en Inde.

Ses premières années en Inde :

On pense que Malik arriva en Inde vers 1570. Il fut vendu à Chengiz Khan qui était le premier ministre de l’empire des Nizam d’Ahmadnagar. Il continua sa formation dans l’administration et les affaires d’Etat, de diplomatie et l’art de la guerre. Le prenant sous son aile, Chengiz Khan le considéra comme son fils et lui donna de plus en plus de responsabilité. A la mort de Chengiz Khan, sa femme affranchi Malik, en 1594.

Malik Ambar, mercenaire contre les Moghols :

Un fois libre, Malik commença par se choisir un nom de famille. Il choisit le nom de Ambar. La légende raconte qu’il choisit ce nom car il fait référence à une fleur de la Mecque qui quand elle éclot englobe de son parfum tous les autres. Ensuite à partir de 1595, il constitua une armée avec d’anciens esclaves comme lui, des Habshis. Avec ses troupes, il harcela les lignes ennemies moghols en utilisant les techniques de guérilla qu’il avait appris auprès des Portugais de Goa.

En 1599, il vint en aide à Chand Bibi la régente des sultanats de Bijapur et d’Ahmadnagar contre l’avancée des troupes de Akbar, le grand Moghol. Malgré tous ses efforts, l’armée moghole encercla le fort d’Ahmadnagar où était retranché Chand Bibi. Il négocia alors les moghols. Il réussit à garder l’indépendance du sultanat d’Ahmadnagar contre la reconnaissance de la suzeraineté à l’empire. Chand Bibi fut soit assassinée soit elle se suicida (les sources divergent) après cette reddition.

Malik Ambar, premier ministre:

Malik Ambar fut donc désigné comme le premier ministre du sultanat.Après les intrigues de Murtaza Nizam Shah II, qui fit assassiné la fille de Malik Ambar pour essayer de réduire son influence dans le royaume, ce dernier se vengea et le fit assassiné pour mettre sur le trône Burhan Nizam Shah II. Il en profita pour s’attribuer tous les pouvoirs de gestion. Il transféra la capitale à Aurangabad (Khardki à l’époque). Dans le même temps, il refusa la suzeraineté à Jahangir, fils de Akbar et déclara le sultanat des Nizam d’Ahmadnagar indépendant de l’empire Moghol. Une nouvelle guerre contre les Moghols commença. Jahangir, le grand moghol lui voua une haine si féroce qu’il demanda à un artiste de la peindre en train de lancer des flèches dans la tête décapitée de Malik Ambar.

malik-ambar-3

Ce fantasme ne se réalisera jamais. Jusqu’à la mort de ce dernier, les moghols n’ont pas réussi à prendre le contrôle du Deccan. Le 14 mai 1628, Malik Ambar mourut à l’âge honorable de 80 ans. Il fut enterré à Khultabad près d’Aurangabad.

L’héritage de Malik Ambar :

L’héritage politique : Malik Ambar fut le premier à réunir derrière un même drapeau, musulmans, hindous et chrétiens (les Habshis). Grâce à ses talents de diplomates et à sa tolérance, il réussit à faire vivre différentes communautés dans sa capitale Khardki (Aurangabad aujourd’hui). Il a enfin enseigné les méthodes de guérilla aux marathes qui l’appliqueront avec Shivaji au siècle suivant contre les Moghols.

L’héritage architecturale :

Malik Ambar utilisa ses talents d’administrateur lors de la formation de sa capitale, Khardki. Il l’a dota d’un système d’irrigation qui apporta l’eau nécessaire à la ville. Ce système long de 8 kilomètres entre la source et la ville ne fonctionne que par la force de la gravité et est toujours en marche à l’heure actuelle. On peut voir ce système en visitant Panchakki.

Panchakki

Systéme d’irrigation de Malik Ambar visible au Panchakki

Il fit construire le Town Hall. Ce monument servait à la communauté chrétienne pour ses réunions et la célébration de ses fêtes. Dans la ville, il y eut la même chose pour les hindous et les musulmans malheureusement ces lieux ont disparus.

Town Hall à Aurangabad en Inde

Town hall construit par Malik Ambar

La porte Bhadkal, édifié comme arc de triomphe par Malik Ambar est la porte la plus massive de tout Aurangabad.

Bhadkal Gate

Arc de triomphe qui célèbre la victoire de Malik Ambar sur les Moghols

Enfin, il reste la porte majestueuse de son palais Naukhanda et la salle de réception. Le reste fut détruit pour construire une école.

La porte du palais Naukhanda

La porte d’accès au palais de Malik Ambar

 

Durant le tour les 3 capitales, nous découvrirons plus sur Malik Ambar et son héritage.

Akvin tourisme

Author Akvin tourisme

More posts by Akvin tourisme

Join the discussion 3 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :