Il y a une constante chez tous les grands empereurs Moghols, les jardins. Le jardin moghol se distingue des autres par de nombreux éléments. Comme Aurangabad a été la capitale de fait de l’empire, elle possède aussi un jardin impérial, l’Himayat bagh.

Dans un article présentant le Bibi ka Maqbara, nous avions fait une première approche des jardins Moghols.  Nous allons revenir sur les jardins moghols avant de parler du jardin impérial d’Aurangabad.

Le jardin Moghol

Des origines lointaines

Bien avant l’ère islamique, les jardins étaient très important. On fait remonter l’existence des jardins persans à environ 4 000 ans avant J-C.

Une des sept merveilles du monde antique était les jardins suspendus de Babylone. Même si certains archéologues doutent de l’existence de tels jardins, cela nous donne une indication de l’importance des jardins dans l’imaginaire collectives et pour les écrivains de l’époque.

Avec l’arrivé de l’islam, le jardin prend une place dominante dans la culture. Dans tout le monde musulman, il y a la création de jardins, comme en témoigne le jardin de l’Agdal à Marrakech. C’est le plus vieux jardin du monde musulman encore existant. Il a été créé au XIIe siècle. Ce jardin comme beaucoup d’autres s’inspire des jardins persans.

Jardin moghol

Jardin de l’Adgal

Les jardins persans, une inspiration pour les jardins moghols

Dans la culture persane, le jardin doit procurer deux types de repos, le repos spirituel et le repos récréatif ( rencontrer des amis, faire une sieste, etc…). C’est d’ailleurs du nom persan pour designer un jardin (un espace fermé), le pairi-daeza, que découlera le mot paradis dans la culture judéo-chrétienne.

Des 6 styles primaires de jardin persan, un est plus répandu. C’est le Chahar bagh. Ce jardin est divisé en 4, d’où son nom. Il est en forme de croix, soit latine (un des axes est plus long que les autres) soit grecque (les 4 axes sont identiques). Le plan en croix est marqué par des chemins ou des canaux.  Dans le jardin persan, les sens doivent être en éveil. C’est pour cela qu’il y a une profusion de plantes, d’arbres, d’arbres fruitiers, canaux, oiseaux, etc…

La culture musulmane enrichira ce jardin en lui apportant des éléments mystiques. Le nombre 8 sera prédominant, car il représente les 8 portes du paradis décrite dans le coran.

Les Moghols vont s’inspirer du Chahar bagh pour la construction de leurs jardins.

Les premiers jardins moghols

L’empire Moghol commencera par la victoire de Babur sur Ibrahim Lodi, sultan de Delhi durant la première bataille de Panipat en 1526. Dès son installation comme empereur d’Agra, Babur n’aura de cesse de construire des jardins. Le premier jardin que Babur fera construire sur le territoire indien fut le Aram bagh, a Agra. C’est le début d’une longue série de jardins qui seront la marque des grands empereurs Moghols.

Les apports des grands Moghols au jardin persan

Le premier à apporter une évolution dans la définition du jardin sera Akbar. En effet, le jardin n’est plus seulement un lieu de repos et de détente, mais il deviendra un jardin mausolée. Il fera construire le tombeau de son père, Humayun. Cette tombe située à Delhi et classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 1993, fut le premier jardin mausolée de l’ère moghole. Le nord de l’Inde en verra d’autres comme notamment le Taj Mahal.

Jahangir reviendra au jardin d’ornement en transformant le Cachemire en vallée des jardins. Il ne reste plus que 3 de ces jardins dont le fameux Shalimar à Srinagar.

Celui qui amènera le jardin moghol à son apogée, c’est Shah Jahan. Il fut un passionné d’architecture et de botanique. Il fit introduire le jasmin dans tous les jardins moghols ainsi que le marbre blanc. Dans les jardins construits par celui-ci, les monuments sont aussi importants que les plantes, les canaux et les arbres. Evidemment son oeuvre la plus connue fut le Taj Mahal, mais il fit aussi aménager le Mahtab Bagh dans le fort rouge de Delhi. C’est un jardin nocturne rempli de fleurs qui brillent à la tombée de la nuit. Après lui, les jardins moghols ne connaîtront plus d’évolution significative.

 

Himayat bagh, le jardin moghol d’Aurangabad

 

Histoire du jardin moghol

Aurangzeb sera désigné par son père, Shah Jahan gouverneur du Deccan. Il s’installera à Aurangabad. Il commença la construction d’un palais et de jardins. L’Himayat bagh deviendra célèbre dans tout l’empire. Grâce notamment à ses mangues. Elles seront la cause d’une dispute entre Aurangzeb et son père. Celui-ci reprochera à son fils de ne pas lui avoir envoyer une caisse de mangues provenant du jardin.

Aurangzeb, devenu empereur, décide de s’installer à Aurangabad en 1682. Il fera donc de la ville, la capitale de fait de l’empire. Il fit donc agrandir la citadelle ainsi que le jardin impérial, l’Himayat Bagh. Aujourd’hui, il est difficile de les imaginer ainsi que la splendeur de la ville du XVIIe siècle, tant la ville s’est agrandie et s’est transformée.

Il y a encore quelques endroits où on peut entrevoir ce passé historique. Un de ceux-ci est l’Himayat Bagh. Ce poumon vert au milieu d’Aurangabad a été le jardin personnel de Aurangzeb.

Situé à côté de la porte de Delhi, ce jardin moghol est devenu une pépinière et un centre de recherches agricoles.  C’est aussi l’endroit idéal pour échapper à la chaleur et au bruit de la ville en restant dans celle ci. Tous les matins, vous pouvez observer marcheurs, joggeurs et autres pratiquants de yoga dans ce jardin.

Que voir dans Himayat Baugh? 

Les oiseaux et les paons

Dans le jardin moghol, tous les sens doivent être en éveil. Pour cela, les moghols implantaient dans leurs jardins, de nombreuses espèces d’oiseaux. Le plus emblématique est le paon. Symbole du pouvoir moghol, cet oiseau est devenu l’emblème national de l’Inde.

Durant votre visite de l’Himayat Bagh, vous aurez peut être la chance de pouvoir voir des paons déambulés. Dans tous les cas, vous les entendrez chanter.

La porte d’entrée:

La porte d’entrée qui est érigée à la fin d’un chemin de terre, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Dans un état avancé de délabrement, on peut quand même avoir une idée de comment elle fut au XVIIe siècle.

Le Sakkar baoli

La région de Aurangabad est une région assez aride durant la saison sèche. C’est pour cela que depuis très longtemps, des baolis ( réservoirs artificiels) ont été construit par l’homme. Il en fallait un pour irriguer toutes les plantes de l’Himayat bagh. C’est pour cela que le Sakkar baoli a été construit. Se réservoir se remplissait durant la saison des pluies. Durant la saison sèche, on utilisait cet eau pour l’irrigation. Sakkar veut dire sucre donc le nom désigne un réservoir d’eau douce.

Le système d’irrigation et le palais d’été

 

Comme tout jardin moghol, l’Himayat Bagh possède un système d’irrigation et des canaux hydrauliques. Encore aujourd’hui, on peut admirer deux de ses canaux qui sont disposés de chaque côté du palais d’été. Cette disposition permettait de faire passer l’eau dans le palais d’été ce qui rafraîchissait le bâtiment. Durant la période de reproduction, vous entendrez et vous verrez de nombreuses grenouilles. Un spectacle qui ravit les petits comme les grands.

Grenouille, jardin moghol

La petite mosquée

En s’éloignant un peu de la pépinière, on tombe sur une petite mosquée qui se trouve un peu en hauteur. Ce bâtiment en lui-même n’est pas des plus intéressants mais il permet d’accéder à une superbe vue du Bibi ka Maqbara et sur les grottes d’Aurangabad.

-Pour accéder au jardin moghol:

Depuis la porte de Delhi, il y a sur la gauche une route accessible seulement en deux-roues ou à pied. A 500 mètres, vous verrez des barrières sur la droite pour accéder au système d’irrigation et le palais d’été. Si vous continuez tout droit vous arriverez à la petite mosquée.

 

Pour profiter au maximum de ce jardin moghol, il faut y aller le matin. C’est pour cela que nous avons créé un circuit à pied afin de profiter au maximum de l’Himayat bagh. Si cela vous intéresse, vous pouvez avoir plus d’information sur ce circuit.

Akvin tourism

Author Akvin tourism

Je suis un passionné d'histoire et de religions depuis mon adolescence. J'ai dévorais les cours sur l’Égypte et le Grèce ancienne. Depuis 5 ans, je suis tombé amoureux d'une région de l'Inde, le Maharashtra. Chaque jour, je recherche sur son histoire sur sa culture. J'aimerai avec ce blog vous faire découvrir une région hors du commun par son histoire, ses hommes et ses femmes et sa culture.

More posts by Akvin tourism

Join the discussion 5 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :