Voyage à Aurangabad: Impression d’une cliente

By 27 août 2018 octobre 8th, 2019 Général

Une de nos clientes, Romy a décidé de partager avec nous ses impressions sur Aurangabad. Vous pouvez retrouver ses photos sur Instagram et la contacter sur son site internet 

5 au 8 mars – Aurangabad

Après un mois de voyage tout à fait touristique, j’ai eu le sentiment de pouvoir enfin connaître l’Inde authentique. Et comme Aurangabad n’a pas (encore) d’auberge de toute façon, j’ai décidé pour la première fois d’utiliser AirBnB à des prix plus européens pour rester avec une famille indienne, avec une grande chambre individuelle et petit-déjeuner + dîner inclus. Parfois, il suffit de se soigner.

Découverte de la famille

Je me retrouve donc avec Akash, un guide touristique d’une vingtaine d’années et sa famille (mère, père et soeur) dans un quartier calme et agréable d’Aurangabad. Avant que je puisse même voir la pièce, je suis traditionnellement accueilli dans le salon avec un verre d’eau, une collation pour le déjeuner, des questions intéressantes sur moi-même et des faits utiles sur la vie de famille ici.

prendre un verre

Ensuite, je vais dans la partie qui m’est réservée au dernier étage, composé d’une chambre de 16m² avec douche, d’une grande terrasse et de toilettes extérieures. Après une longue sieste, nous continuons avec le thé, les discussions et enfin le dîner.

Il y a des céréales que je ne peux même pas nommer en allemand (ndrl notre invitée est allemande), Dal (sauce aux lentilles), Palak Paneer (fromage indien en épinard, un de mes plats préférés ici), divers pains et boulettes sucrées. Donc, comme d’habitude, les glucides purs, qui me rappellent mon manque de pratique du yoga au cours des dernières semaines. Mais j’ai finalement appris à manger du riz avec mes mains sans avoir l’impression d’avoir le contrôle du corps d’un enfant de deux ans et tout a un goût incroyable. Je me suis habituée à la nourriture épicée. Ce qu’on appelle la nourriture occidentale ou continentale devient une exception, chère pour moi et surtout elle ne tient pas ses promesses.

Découverte des environs

Après le dîner, Akash m’emmène au temple hindou voisin, que nous visitons avec ses amis. Sur le chemin, il me murmure: « Les gens vous regardent. Le tourisme n’est pas encore courant ici, il n’y a pas de femmes étrangères sans hommes étrangers et certainement pas avec des cheveux aussi courts. » Il sourit. Et alors seulement, je remarque que tout le monde dans la rue fait demi-tour. Trois Indiens du milieu de la vingtaine et une femme légèrement plus âgée, beaucoup plus grande et tatouée, à la peau pâle.

Nous entrons pieds nus dans le temple et touchons une tortue de marbre noire, qui est encastrée devant la première marche, sur la tête avec notre main droite, ce qui devrait nous porter chance. Ensuite, nous sonnons une cloche suspendue au-dessus de l’entrée pour signaler à la déesse que nous sommes là.  On ne s’incline pas trop profondément avec les mains dans le geste de salut devant le front. En silence, chacun récite sa prière, ses souhaits ou tout simplement rien, comme je le fais en ce moment, car les impressions sont trop fortes pour que je puisse penser à quelque chose. Ensuite, nous touchons à nouveau le sanctuaire avec notre main droite et traversons le temple dans le sens des aiguilles d’une montre. À la fin, nous sortons du bâtiment en arrière, car vous ne tournez jamais le dos à un dieu.

Ensuite nous traînons juste dans les jardins du temple, je pose 100 questions sur les dieux et les vaches et les gars répondent à toutes les questions avec patience et semblent être heureux de mon intérêt. Je connaissais déjà les 3 principaux dieux de l’hindouisme, Brahma, Shiva et Vishnu. Mais pas leur moyen de transport ou de leur place. Vishnu est assis sur un serpent. Brahma sur un lotus. Et Shiva monte une vache. « Aha. Alors c’est pour ça qu’ils sont sacrés?! » « Pas seulement. Dans l’hindouisme, nous croyons également qu’il y a environ 32 milliards [de courtes pauses pour confirmer la pensée], oui, milliards de dieux. Et pour nous, ils vivent dans des vaches.

Cela peut sembler fou, mais c’est interdit infliger n’importe quelle souffrance à une vache ici, sinon on peut être envoyé en prison et, bien sûr, cela mène aussi à des conflits avec les musulmans, les chrétiens et les autres religions qui pensent différemment, mais tout le monde doit s’y conformer, été dans la loi depuis des années « .

Sensationnel. C’est beaucoup d’informations pour la première nuit ici. Comme les moustiques nous dérangent trop après un certain temps, nous retournons à la maison.

Du petit déjeuner à la visite des grottes d’Ajanta

Le premier matin, un petit-déjeuner indien typique est servi à sept heures et demie, que je ne connaissais pas encore: Poha, une sorte de riz plat jaune avec des épices, de la coriandre fraîche et des cacahuètes grillées. Super savoureux, mais pour le petit déjeuner assez épicé qui n’est toujours pas exactement dans ma zone de confort pour être honnête.

Ensuite, nous nous dirigeons vers les grottes d’Ajanta avec l’oncle d’Akash. Les grottes sont en réalité des temples bouddhistes, probablement taillés en pierre de lave au IIe siècle avant JC. et développé au cours des siècles suivants. Pour cette destination si unique, j’ai fait l’impasse sur les célèbres temples de Hampi.

Cette décision me récompense déjà au moment où ma visite commence. Un point de vue à environ 20 minutes à pied de l’entrée. Pour vous y rendre, vous vous promenez le long du cratère volcanique jusqu’au comptoir. Tout le long vous avez une vue magnifique des grottes. À partir de maintenant, je reste seule quelques heures, ce qui ne me dérange pas du tout, car des explications détaillées entraîneraient une surcharge totale d’impressions à ce moment.  Je laisse la zone stérile et chaude, qui attend avec impatience la saison des moussons, travailler sur moi, me frayer un chemin en paix et fantasmer, à quoi ressemble la région après les averses. Quelle belle idée.

À la billetterie, j’ai du mal à croire mes yeux. Les locaux ne paient pas plus de 30 roupies, alors que les étrangers paient une somme énorme de 500 roupies. Effronté! Mais je vais découvrir que c’est une chose courante ici. Quoi qu’il en soit, l’Inde ne se fait qu’une fois par an, non?!

Je vais directement dans la cave no. 9, de là à la grotte no. 1 et ensuite jusqu’à la caverne 26 sans en laisser une. J’admire les anciennes peintures murales, les sculptures, les énormes sculptures, les colonnes, les statues, etc. Dans l’une des plus grandes grottes, je retiens mon souffle. En effet, j’entends une douzaine de femmes et d’enfants chanter leurs prières sur le sol devant la statue de Bouddha. Quelle chance d’avoir été ici en ce moment même. Dans une autre grotte, plus longue, qui rappelle l’intérieur de la coque d’un navire, un guide montre ses aptitudes au chant afin de démontrer l’acoustique particulière de cette pièce. Ici les larmes remplissent mes yeux fermés. Je ne sais pas pourquoi ces tons me touchent beaucoup, mais je ne les oublierai certainement pas .

Au bout de 4 heures, Akash vient me chercher. Je leur raconte avec enthousiasme mes impressions sur un verre de jus de canne à sucre frais au bord de la route au retour. Les deux conviennent que les visites de demain me réservent encore de belles surprises.

Khuldabad et les grottes d’Ellora

Grotte nº10 ellora

Grotte nº10 Ellora

Dans la matinée, nous nous dirigeons vers Khuldabad, un village exclusivement peuplé de soufis et où vous pourrez admirer des tombeaux et des mosquées. Ici, Akash m’explique à nouveau quelques principes de l’islam et de l’hindouisme. Et donc aussi de leur forme mixte, le soufisme. Nous visitons les tombeaux moghols, où j’apprends beaucoup sur l’histoire de l’Inde. Puis nous nous rendons dans la communauté soufie. Là, un homme en robe blanche nous bénit avec une plume de paon. Il nous en dit plus sur l’histoire des soufis.

La matinée informative continue jusqu’au moment où Akash me dépose aux grottes d’Ellora. Elles sont aussi classées au patrimoine mondial de l’UNESCO comme les grottes d’Ajanta. Mais contrairement à la veille, outre de nombreuses grottes bouddhistes, des temples hindous et jaïns m’attendent ici. Toutes taillées dans le même cratère et ressemblant à la cité perdue du Livre de la jungle.

Et encore: WOW! Non seulement le paysage spectaculaire m’impressionne ce jour-là. Mais je visite aussi des lieux de prière de 5 religions en une seule journée, tous construits les uns à côté des autres. Et tous sont parfaitement conservés en fonction des conditions météorologiques. Il y  rayonne de paix. Pour moi, cela symbolise ce que j’ai ressenti presque partout dans mon voyage jusqu’à présent. La religion est partout en Inde, il n’y a presque pas d’athées ici. S’ils existent, ils sont de mon âge et vivent dans les grandes villes, à côté les uns des autres. Bien entendu, on peut sentir clairement des différences de mentalités, mais le seuil de tolérance semble être très élevé.

Derniers jours à Aurangabad

Que faire à Aurangabad?

Le troisième jour je me repose pour faire le point sur mes experiences. Mais ce que je ne peux pas manquer, c’est l’avant-goût ultime du Taj Mahal.  Le Bibi Ka Maqbara, connu sous le nom de «Mini Taj» ou «pauvre homme Taj», car il ressemble fortement au bâtiment mondialement connu, mais plus petit. L’histoire est controversée, mais ce qui est certain, c’est que la construction a dû coûter une fraction infime de l’attraction touristique d’Agra. Ce n’est pas vraiment occupé à l’heure du déjeuner, ce qui est bien. On me demande difficilement des selfies et je peux prendre de beaux clichés. En fait, pas étonnant à 38 ° C. Espérons que Mumbai ou Bombay, comme on l’appelait, sera un peu plus agréable en termes de météo.[:]

Akvin tourisme

Author Akvin tourisme

More posts by Akvin tourisme

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :